Actualités > Soirée Belgique-UK – 5 juillet 2018

Article Details:

  • 17th July 2018 - 11:16 GMT

Soirée Belgique-UK – 5 juillet 2018

Le 5 juillet 2018, le Mouvement européen en Belgique, en partenariat avec l’ambassade britannique à Bruxelles, Visit Brussels et l’Union des fédéralistes européens (UEF), a organisé un débat sur “L’avenir des relations belgo-britanniques après le Brexit” dans le Maison de l’histoire européenne. La soirée était organisée selon les règles de Chatham House pour permettre un débat ouvert.

La soirée a commencé par les mots de bienvenue de Constanze Itzel, directrice de la Maison de l’histoire européenne, qui a mis le musée à la disposition du Mouvement européen en Belgique pour accueillir la soirée. Elle a encouragé tout le monde à planifier une visite du musée dans le futur et à en apprendre davantage sur ce qui a fait de l’Europe le continent d’aujourd’hui.

Olivier Hinnekens, Secrétaire Général du Mouvement Européen en Belgique, a remercié chaleureusement tous les participants d’être venus et en rappelant à tous que, bien que le Royaume-Uni envisageait de quitter l’Union européenne, il ne changeait pas de continent. Bien que de nombreux Européens regrettent le résultat du référendum, il est important de se concentrer sur l’avenir plutôt que de s’attarder sur le passé et de voir comment nous pouvons façonner notre relation future avec ce qui restera l’un de nos plus proches voisins.

Il a également présenté les différents intervenants du panel composé de H.E. Alison Rose, Ambassadeur du Royaume-Uni au Royaume de Belgique, Claire Tillekaerts, PDG de Flanders Investment & Trade et Reinout Van Hullebus, Area Manager à Bruxelles Invest & Export. La modération était assurée par Martin Maréchal, Président des Jeunes Européens fédéralistes (JEF Belgique).

Dans son discours d’introduction, l’Ambassadrice Rose a souligné la nécessité d’établir la meilleure relation possible entre le Royaume-Uni et l’UE après le Brexit. En insistant sur l’importance de la souveraineté, elle a réaffirmé la nécessité de poursuivre la coopération sur des questions telles que la sécurité, la protection des données ou l’éducation. «La géographie compte, l’histoire compte, les valeurs comptent», a-t-elle déclaré, affirmant qu’aucun futur partenariat ne pourrait être renforcé par la peur mais seulement en établissant la meilleure relation possible avec des partenaires stratégiques. En effet, la relation future devrait être fondée sur des valeurs partagées et des intérêts et défis communs partagés.

En abordant le sujet de la sécurité, l’ambassadrice Rose a souligné l’importance d’une coopération forte dans le cadre de l’OTAN, invitant tous les États membres à respecter l’engagement de 2% pour les dépenses de défense. Cela inclut la Belgique. Les opérations conjointes entre la Belgique et le Royaume-Uni doivent être poursuivies et renforcées, a-t-elle déclaré.

En ce qui concerne la vision britannique de la relation future, l’Ambassadeur Rose a demandé à l’Union européenne de considérer son voisin comme «plus qu’un pays tiers standard». Elle a réitéré l’importance de la sécurité et des partenariats économiques, expliquant que le Brexit ne signifiait pas que le peuple britannique se sentait moins européen, mais avait une vision différente de ce que cela signifiait de «faire l’Europe ensemble».

Mme Tillekaerts, PDG de Flanders Investment & Trade, a expliqué que pour les entreprises belges et britanniques, un Brexit sans issue serait une catastrophe, tout en notant que les échanges commerciaux entre les deux pays ont progressé malgré le Brexit. Mme Tillekaerts et M. Van Hullebus ont tous deux réaffirmé la forte coopération entre les différentes régions pour assister les entreprises belges, protéger nos intérêts économiques et offrir le meilleur environnement économique possible pendant la période de transition. Les deux experts commerciaux ont également souligné la nécessité pour certains secteurs d’activité opérant principalement au Royaume-Uni, tels que le textile ou les fruits, d’explorer également d’autres marchés afin d’atténuer leurs risques. Cela était dû en partie au Brexit, mais aussi aux conseils donnés à tout exportateur de dépendre exclusivement d’un marché d’exportation dominant (comme les exportations de fruits vers la Russie).

L’audience a également pris une part active au débat. De nombreuses questions concernaient la nature exacte du futur accord commercial entre l’UE et le Royaume-Uni ou la nouvelle forme de coopération en matière de défense. L’Ambassadrice Rose a clarifié et réaffirmé les positions du Royaume-Uni. Certaines des questions ont également examiné la possibilité d’un deuxième référendum ou si les “fake news” auraient pu influencer les résultats.

Le débat a été suivi d’un moment où les intervenants et les participants ont eu l’occasion de poursuivre les discussions autour d’un verre de vin et une petite restauration.

 

Retrouver toutes les photos de l’évènement sur Flickr.